« CONQUEST » CHEZ LONGINES

Post By RelatedRelated Post

 

L‘entreprise horlogère suisse Longines, membre du Swatch Group Ltd. Depuis 1983, est connue comme étant la plus ancienne marque encore en activité déposée à l’OMPI (1889), et pionnière dans la mécanisation de ses produits horlogers suite à l’exposition universelle de Philadelphie (USA) en 1876. C’est aussi la marque qui a gagné le plus grand nombre de Grands Prix lors d’Expositions Universelles, à commencer par l’une des plus remarquées, celle de 1900 à Paris. C’est également l’une des entreprises horlogères qui a remporté le plus de records de précision à l’Observatoire Neuchâtel suite au lancement de ses montres à quartz dans les années 1950.

Bon, c’est tout beau tout ça, mais on à l’impression de lire un livre d’histoire. Allons, un peu de glamour et de fantaisie ! On le sait, le métier d’horloger est un métier très technique et de précision. Vous me direz, c’est normal, on ne s’invente pas maître du temps en un claquement de doigts. Mais avant de revenir sur la success story de la marque au sablier ailé, je voudrais vous parler de la montre qui se baladait au poignet de la ravissante Kate Winslet, lors du Prix de Diane Longines 2014. Nous avons tous vu la publicité en encarts 4X3 où elle pose, montre au poignet, avec une belle pouliche… (je le suppose au vu de l’événement, car même si je suis un fan, je ne suis pas encore un aficionado pour reconnaître le sexe d’un cheval sur photo). Par contre la montre, présentée par la marque horlogère suisse et mise en avant lors de cet attendu Prix de Diane Longines, qui s’est déroulé le 15 juin dernier au champs de courses de Chantilly, en région parisienne, elle oui, on la reconnaît sans l’ombre d’un doute. Sertie d’un trentaine de diamants, cette montre dévoile aussi un cadran tout de nacre blanche avec des indices diamants. C’est un modèle dame en acier de la collection « Conquest Classique », de quoi vous donner envie de changer de montre sur un coup de tête. Elle illustre d’ailleurs parfaitement le mariage glamour de la marque et de son égérie actuelle et ambassadrice Longines de l’élégance. L’actrice Kate Winslet a illuminé l’événement, aux cotés du président de l’enseigne, Walter VON KÄNEL, en posant devant les photographes sur un photocall géant avant le déjeuner servi sous la tente VIP. Ayant été conviés à cet événement ainsi qu’au Royal Ascot en Angleterre, nous avons voulu revenir sur le succès de Longines.

Au cours de son histoire, marquée par la tradition, l’élégance et le savoir-faire, Longines s’est associée aux compétitions les plus prestigieuses de la planète, telles Roland Garros, la Coupe du monde de ski Alpin et justement le Prix de Diane ou encore le Royal Ascot. Certaines d’entre elles combinent d’ailleurs aujourd’hui le nom même de la Maison évoquant par là la précision et l’élégance commune au monde sportif et aux montres Longines.

L’histoire de la fameuse entreprise commence dans la première moitié du 19ème siècle, en 1832, lorsque Auguste Agassiz s’associe à un comptoir d’horlogerie de St. Imier (Suisse) qui devient par la suite Agassiz & Co. Grâce aux relations commerciales d’Agassiz, la société qui fabrique à cette époque des garde-temps, ne tarde pas à les vendre partout dans le monde, surtout en Amérique du Nord. Au cours des années 1850, le neveu d’Agassiz, Ernest Francillon, reprend la société et décide d’ouvrir une fabrique afin d’améliorer la productivité de l’entreprise, en mécanisant le processus de travail, en assemblant et en terminant les montres sous le même toit. La fabrique ouvre ses portes en 1866 à l’endroit dit « Les Longines », d’où le nom de la marque au sablier ailé.

Longines a pour ambition d’allier des qualités d’élégance et de précision dans ses montres, et pour ce faire s’associe aux différents évènements sportifs. Ainsi, la Maison est chronométreur officiel de la toute première édition des Jeux olympiques modernes à Athènes en 1896. Depuis, les cerveaux de l’entreprise ne cesseront d’innover en matière de chronométrage. En 1912 Longines met au point un système de chronométrage automatique. En 1952, le premier mécanisme couplant image de contrôle et temps mesuré avec la « Photogines ». Enfin, un dispositif combinant image en mouvement et chronométrage, en 1960, avec la « Contifort ».

Tout en étant le partenaire attitré des événements de prestige, la marque continue à développer son savoir-faire : la mise au point d’un de ses plus remarquables calibres pour chronographe bracelet en 1936, développement de ses montres à quartz dans les années 1950, la création en 1979 de la montre la plus fine du monde (1,98mm), baptisée « Feuille d’or ».

C’est en 1999 que Longines adopte son célèbre slogan : « Elegance is an attitude ». Depuis, parmi ses égéries, on retrouve les champions de tennis Steffi Graf et André Agassi, les acteurs Ingeborga Dapkūnaitė et Oleg Menshikov, Denise Keller, Chi Ling Lin, Aishwarya Rai Bachchan, Simon Baker, et bien entendu la dernière en date qui n’est autre que l’envoutante Kate Winslet que l’on a retrouvé au Prix de Diane Longines.

Ira de Puiff &Indigo

 

 

 

 

Share Button