COUP DE CHAPEAU AU PRIX DE DIANE

by / 05/07/2014 Events No Comments

Post By RelatedRelated Post

 

« Un jour mon prince viendra, une belle toilette et une capeline il m’offrira, sur son cheval blanc, au prix de Diane Longines il m’emmènera, au champs de courses notre fortune s’envolera… mais qu’importe puisqu’on s’amusera ! »

Chaque année, à la mi-juin, l’hippodrome mythique de Chantilly est plongé dans une euphorique ambiance festive où toilettes des élégantes, chapeaux de toutes formes et paris, se donnent rendez-vous pour une journée pas comme les autres. Ce n’est pas un hasard, c’est l’événement du fameux Prix de Diane Longines, la plus grande course de pouliches au monde. Tout le gratin ainsi que les simples amateurs de sports équestres se pressent dans les tribunes, sur les pelouses et les tentes réservées aux invités et VIP du dit hippodrome. Pour tous ces visiteurs, ce n’est pas uniquement l’occasion de miser sur leurs juments et jockeys favoris, mais aussi et surtout, faire preuve d’une fantaisie et d’une élégance vestimentaire commune.

Depuis toujours, les courses hippiques sont le lieu où le sport rencontre le charme, la distinction, et bien entendu la grâce, autant sur le champs de course que chez les spectateurs. Le chapeau est le symbole, l’élément essentiel et incontournable du dress-code. Que ce soit un simple Fedora, un Haut de forme ou une extravagante capeline ornée de plumes d’autruche, de rubans, de tulle, le couvre-chef a sa place à part lors de cet événement. Nombreux sont ceux qui courent chez leurs modistes attitrées – telle la magicienne des chapeaux Laurence Bossion qui participe à l’événement, installée au pavillon VIP France Galop. D’autres, comme la journaliste de télévision Françoise Laborde, se fabriquent leurs chapeaux eux-mêmes selon leurs prédilections. On se prépare à ce week-end huppé bien en avance : chacun a envie d’avoir une tenue originale, un atour unique.

Pour l’édition 2014 qui a eu lieu le 15 juin dernier, le partenaire titre de l’événement et le chronométreur officiel de la course n’est autre que la marque horlogère suisse Longines. « Elegance is an attitude » est sa signature. La marque est partenaire depuis 2011, prenant la suite de Revlon et Hermès. Les acteurs tels Simon Baker, Ingeborga Dapkunaite, Chi Ling Lin ou encore Aishwarya Rai Bachchan ont été ses ambassadeurs. Cette année, cette journée de style et de charme a été auréolée par la présence de l’ambassadrice Kate Winslet, égérie de la marque. La taluentueuse actrice a remis au cours de l’après-midi le Prix de L’élegance « Mademoselle Diane Par Longines » qui récompensait la jeune femme qui s’est le mieux démarquée de par l’élégance de sa tenue et son chapeau.

Dès l’instant de sa création,en 1843, cet événement, devenu le symbole de l’élégance et du bon goût, comprend dans son programme, outre les courses, une multitude de divertissements, telle la dégustation des meilleurs champagnes, un bal en pleine-air (où vous pouvez, entre autres, apprendre à danser le valse et le tango), un boudoir où l’on vous fera une beauté (manucure, maquillage et même un tatouage éphémère si l’envie vous prend.) Mais le clou du programme est bien entendu le piquenique sur les pelouses et le concert (cette année c’est le chanteur Julien Dorée qui a interprété « Paris-Seychelles », débutant le début des festivités au cœur du village de Diane), sans oublier le traditionnel concours d’élégance (Mademoiselle Diane par Longines), où l’on choisit 10 finalistes parmi des centaines de participantes, pour ensuite les faire défiler afin de couronner l’heureuse gagnante du « défilé des chapeaux », qui s’est vue offrir, rien de moins qu’une belle pièce d’horlogerie Longines.

Mais ce n’est pas tout. En modernisant l’ancienne tradition, les organisateurs du Prix de Diane ont introduit dans leur programme les « after » – où les fêtards peuvent danser sur un mix de DJ reconnus pour prolonger le Prix de Diane Longines jusqu’à la nuit, avant de repartir la tête remplie de souvenirs !

France Galop est l’organisateur permanent de ce concours hippique. D’après Nathalie Bélinguier, Presidente de la « Fédération Internationale des Gentlemen-Riders et des Cavalières », les principales fonctions de cet organisme consistent en la mise en place et l’assurance du code des courses, l’organisation des événements équestres en France comme à l’étranger, l’élaboration des modalités d’attribution et de répartition des allocations et des prix, la régulation des courses, la sélection et l’équipement des chevaux et enfin la gestion des hippodromes et des centres d’entraînement.

Ce dont il faut se souvenir lorsqu’on se rend à la course du Prix de Diane Longines, c’est de ne pas oublier son chapeau pour être dans le thème, avoir des chaussures confortables mais élégantes pour pouvoir se promener sur des pelouses, et enfin, du cash pour les paris. Or, même si vous ne vous considérez pas comme un joueur, n’ayez crainte – l’envie de miser vient durant la course comme l’appétit pendant le repas. On peut miser 2€ minimum. Une charmante personne à côté du guichet des paris vous explique, en détails, comment faire.

En suivant à la lettre ses conseils, nous avons parié sur le favori en simple placé et avons fini avec un gain de 2,30€ en poche. C’est sûr, pas de quoi faire des folies, mais bon. Cette petite frustration ne fut que de courte durée : l’accueil chaleureux au pavillon France Galop, les joyeux échanges de nos voisins de table (la bonne humeur et les plaisanteries de Magloire pour être plus précis), le live de Julien Doré transmis sur les grands écrans et bien évidemment, la troublante proximité de Kate Winslet, nous ont fait vite oublier notre échec retentissant. 

Une promenade sur les pelouses effectuée après le déjeuner, fut pour nous une belle surprise esthétique. Les français qui hélas n’aiment plus s’habiller dans la vie quotidienne, cette fois étaient tirés à quatre épingles. Enfin, la plupart. Dress-code obligeait. Cette élégance collective valait bien le déplacement. En couple ou en groupe, ou encore en famille, le public s’est adonné aux plaisirs du « picnic so chic ». Que ce soit un sandwich maison amoureusement enrobé de papier alu, ou un menu commandé sur place et servi dans un traditionnel panier en forme de boîte à chapeaux, ce pique-nique reste le moment principal de la fête.

Sur le grand podium, les finalistes du concours d’Élégance ont défilé mettant en avant leurs chapeaux. Des chapeaux, il y en avait partout, et de toutes formes et matières. Panamas mais aussi Trilbys, ces petits chapeaux mous portés aussi bien par les hommes que par le gente féminine. Quelques femmes se baladaient nonchalamment avec un Stetson, ce n’est pas une surprise puisque Jean-Paul Gaultier l’a remis au goût du jour – au féminin – pour Hermès, en coiffant les mannequins, suivant une inspiration très Far-West couture chic. Capelines et voilettes en forme de champs fleuris ou de plateaux de fruits pimentés de plumes de pans, d’autruche, de rubans de soie, ont envahi les pelouses et les tribunes. Ce n’est pas pour rien que le Prix de Diane Longines est aussi un véritable événement pour les aficionados du couvre chef et de l’élégance…

Ah tout de même, que tout cela ne nous empêche pas de vous donner le nom du Jockey et de la pouliche qui ont remporté le Prix de Diane. C’est Grégory Benoist sur « Avenir certain », une jument âgée de trois ans.

Ira de Puiff & Indigo

 

 

 

 

Share Button